1 Novembre 2002

Séisme en Italie: 29 morts dont 26 enfants

Séisme en Italie: 29 morts dont 26 enfants

SAN GIULIANO DI PUGLIA (AP) – L`Italie partagée entre les larmes et la colère. Les secouristes ont extrait vendredi les derniers corps des décombres de l`école de San Giuliano di Puglia (sud-est), détruite la veille par un séisme qui a coûté la vie à 29 personnes, dont 26 enfants.

Au lendemain du tremblement de terre, de violentes répliques ont secoué de nouveau la petite ville de la région du Molise, dont deux successives autour de 16h (15hGMT), provoquant un début de panique.

La plus puissante des répliques a atteint une magnitude préliminaire de 5,3, quasi-identique à celle du séisme de 5,4 qui a touché la région jeudi matin, a annoncé Enzo Boschi, directeur de l`Institut national de géophysique et de volcanologie.

Trois personnes ont été blessées, alors que de nombreuses autres en état de choc étaient prises en charge dans les rues. Des nuages de poussière se sont élevés dans la ville et de nouveaux dégâts étaient à déplorer. Par précaution, les autorités ont ordonné l`évacuation du bourg.

Les habitants ont été hébergés sous des tentes montées sur le terrain de sports du village. Selon les médias, quelque 3.000 personnes sont sans-abri dans la région à la suite du séisme.

Le chef des pompiers Mario Morcone a annoncé que le bilan définitif s`établissait à 29 morts, dont 26 enfants et un professeur de l`école de San Giuliano di Puglia, ainsi que deux femmes tuées dans l`effondrement de leur maison.

Lors du séisme, 56 enfants se trouvaient dans l`école avec quatre instituteurs et deux gardiens pour fêter Halloween. De nombreux élèves ont survécu car ils se trouvaient dans la cour au moment où le toit s`est effondré.

Clementina Simone, une institutrice rescapée, a expliqué qu`elle donnait une leçon de géographie sur les séismes ayant touché la région de l`Etna, en Sicile, quant la terre a tremblé.

»On m`a dit que mes neuf élèves était morts», a-t-elle raconté. »Je voulais y retourner pour aider mais les secouristes ne m`ont pas laissée faire».

En attendant les secours, «je tenais la main d`un petit garçon qui a été sauvé avec moi», a poursuivi l`enseignante. «Un gros morceau de béton pendait au-dessus de ma tête et les secours ont utilisé un sac gonflable pour le déplacer».

Une petite fille prénommée Lilia, interrogée par la télévision italienne sur son lit d`hôpital, a expliqué que les écoliers dessinaient lorsque le séisme est survenu. «J`ai entendu l`école s`écrouler, et nous avons hurlé».

Selon un secouriste, la plupart des enfants ont été écrasés par la chute du toit alors qu`ils étaient à leur bureau. L`établissement comportait une crèche, une école maternelle et une primaire.

Alors que les chances de retrouver des survivants s`amenuisaient au fur et à mesure de la journée, la population s`interrogeait sur les causes de l`effondrement de leur école.

Beaucoup de parents, en colère, estimaient que le drame aurait pu être évité si la municipalité avait écouté le curé de la paroisse. Une secousse sismique de faible intensité avait été ressentie dans la région mercredi soir, et le père Ulisse Martinelli avait demandé aux responsables de la mairie de ne pas envoyer les enfants à l`école le jeudi.

Un séisme de 5,4 ne suffit généralement pas à faire effondrer des bâtiments construits selon des normes modernes. Bâtie en 1954, l`école avait pourtant été restaurée à plusieurs reprises au cours des dernières années, selon des responsables de la municipalité.
D`après l`agence de presse ANSA, un second étage avait été ajouté il y a quelques années et des rénovations avaient été effectuées il y a deux ans. Du ciment avait notamment été injecté dans la structure pour essayer de la consolider.

La chaîne de télévision privée TV5 a cité les propos d`un ingénieur de la région de Molise, Enzo de Crescio, selon lequel l`école ne répondait pas les critères antisismiques. Lors de l`élaboration des plans antisismiques pour la région en 1981, la ville n`avait pas été classée dans une catégorie à haut risque pour les forts tremblements de terre.

Un groupe de défense des consommateurs, Codacons, a rappelé avoir lancé une campagne pour la sécurité dans les écoles il y a quelques mois, précisément dans la région touchée par le séisme. L`étude nationale qu`il a menée sur les bâtiments scolaires a révélé que 27% des locaux avaient besoin de travaux urgents et que beaucoup d`écoles n`avaient pas de plan d`évacuation.

San Giuliano di Puglia, une localité de 1.195 habitants, a été la plus touchée par le séisme de jeudi. Une reconnaissance aérienne du secteur montre que 70% des habitations ont subi des dégâts -toits effondrés ou murs fissurés. L`agence de presse italienne ANSA a par ailleurs fait état de 3.000 sans abri. AP
 

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
WordPress Lightbox